« Une santé mentale suffisamment bonne peut être définie comme la capacité de vivre et de souffrir dans un environnement donné et transformable,

c’est-à-dire comme la capacité de vivre avec autrui en restant en lien avec soi-même, sans destructivité mais non pas sans révolte ».

Furtos, J. (2008). Les cliniques de la précarité. Contexte social, psychopathologie et dispositifs.

Eliane Desmidt

Psychomotricienne, 

Psychopédagogue,

Orthopédagogue Clinicienne (UCL)

Giorgia Costantin

Psychomotricienne Relationnelle

 

 

Laetitia Lawarree

Assistante en Psychologie

 

 

Georges Moussot

Coach en développement personnel